Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Corneilla Cyclosport Catalan
  • : DECRIRE LA VIE DU CORNEILLA CYCLOSPORT CATALAN, LE 3C, CLUB DE COPAINS CYCLOSPORTIFS EN PAYS CATALAN ENCOURAGER,DEVELOPPER LA PRATIQUE DU CYCLISME CHEZ LES JEUNES.
  • Contact
24 août 2008 7 24 /08 /août /2008 08:20

08h00, ce dimanche 24 août 2008. Soleil magnifique à Mazamet. C’est le départ de la Jalabert. Les « furieux » du vélo club des Albères d’Argelés sur mer y sont, et tous pour une fois, personne ne manque normal c’est la dernière au calendrier 2008.

Je vois là  le coach Lulu, Steph, Esénio, Momo, Christian, Roro, Jean-Claude, Bernard, Jean-Mich, Jeremy, Fred et Chantal, Germain, Rémi.

Bon diou c’qu’on est tous chouette dans notre nouveau maillot, il flash le bougre ! p’têt qu’il a un peu trop de pubs… mais bon faut bien vivre pas vrai !

Et là, mais oui au milieu du groupe je le reconnais c’est bien lui, avec ce sourire qui le rend si gentil et cet air sympa et décontracté qui lui a valu le surnom de « panda » oui c’est bien lui c’est Jaja ; il est venu exprès pour nous encourager et rouler un moment avec nous.

Mais c’est pas tout, notre Lolo est là aussi, pffffffff encore plus sexy que d’habitude dans ce joli maillot aux écailles dorées.

Présent aussi, à nos coté nos copains les « grenouilles » de Rivesaltes, normal, on en a tellement partagé ensemble cette année des cyclos, Anthony, Arnaud, Augustin, Jean-François, Yves… et même Jean-Phi des sprinters de Baho. Çà promet au repas après l’arrivée….Surtout que nos « Nanas » nous y attendent !!

Bon c’est parti, çà rigole plus !!

 

Soudain, un gros bisous mouillé sur ma joue !! C’est Manon qui me sort de mon rêve : « Coucou papy, tu as bien dormi »….

Phil

 
Ps : Une petite pensée pour Steph  Jean-michel et Momo, les "3A", Anthont,Arnaud, Augustin et autres « grenouilles » qui eux y sont pour de vrai….

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 05:27

Qu’est ce que l’enfer pour un cycliste ? Une fringale, et toutes vos forces qui vous abandonnent ? Un temps pourri, pluie vent et froid, et 90 km encore à parcourir ? Une double crevaison, seul et perdu dans la nature sans portable ? Ou  le  Tauch ! LE MONT TAUCH...


Le truc bizarre c’est que dans cet enfer là on y va volontairement ! S’inscrire à une cyclosportive baptisée « l ’enfer du mont Tauch » faut pas dire qu'on est pas prévenu pas vrai, mais çà démontre bien que dans tous cyclistes il sommeil bien une petite dose de sadomasochisme !! Non ?


Ce dimanche 27 juillet 2008 c’est donc la sixième édition de « l’enfer du mont Tauch », cyclosportive corbiéro-catalane qui se déroule à Tuchan petit village des corbières Audoises, à 40 km de Perpignan. Les furieux y sont ! Esénio, Steph, Jeremy, Momo, Rémy et Phil, Lolo bien sur et une armée de grenouilles du CC Rivesaltes, normal ils sont sur leur terrain d’entraînement, dont les « 3A » Anthony, Arnaud, Augustin, et Nadège aussi qui maintenant au sein du Montauban Cycling Féminin 82 est partie sur les traces de manie Jeannie….


Deux circuits sont proposés aux inscrits, ils sont 204 sur le 75 km et 153 sur le 135.Il fait un temps magnifique, et chose rare pas de vent ! Le départ s’effectue de Paziols vers Vingrau et Tautavel avec une jolie côte en guise d’échauffement. Les circuits rejoignent ensuite Villeneuve et abordent la longue montée vers Quintillan et Palairac avec au menu le col d’Extrême, de Peyre Peyrouse, d’Amiel et de la Gineste, pas trop difficiles mais exigeant quand même, avant de replonger par une longue descente vers Tuchan. Le petit parcours bifurque alors vers le Mont Tauch tandis que le grand poursuit vers Cucugnan, où il a rendez vous avec le curé… Steph, Momo et Phil partagent un bon moment cet itinéraire ensemble, avant de doubler Arnaud qui se ravitaille et de retrouver au pied du Tauch nos « Nanas » Jocelyne, Nathalie, Cécilia et Fanfouinette qui n’ont plus de voix à force d’encourager tous ce qui est monté sur un vélo…


Là, Steph, Arnaud et Phil ne savent pas encore ce qui les attends. Esénio et Jeremy, eux le savent car ils sont loin devant, suivit de Rémy,  Momo le saura juste après. Dés les premiers raidillons on sent bien que çà monte dure. Tien çà monte encore plus dure ! La route est mauvaise, ce qui n’arrange rien, mais mince çà continue de monter encore plus dur !   Fred et Chantal qui nous doublent…. en moto sont en première, et moi là j’suis debout sur les pédales en zigzag !!! Et c’est pas fini çà monte encore, et j’ai tout à gauche depuis un bon moment, plus de réserve et çà continue, virage serré et l’enfer, je le vois là devant moi !! Un mur !!  22% qu’il dise sur le dépliant, ok maintenant 22% je sais ce que c’est. Je suis couché sur le vélo la roue avant à tendance à décoller si je tire trop fort ! Ça va bien se calmer ! non non encore et encore çà grimpe,  Steph à des crampes, beaucoup montent à pied les chaussures à la main. Des ravitos en eaux sont prévus, mais là les bénévoles ils ne se contentent pas de rafraîchir les concurrents,  ils les poussent aussi pour repartir afin de leurs permettre d’enclencher les cales tellement la pente est forte… Vous me direz  « ils ne peuvent pas se mettre à un endroit plus favorable ? » Mais non non ils ne peuvent pas, car des endroits cools y’en a pas !!!! car ce mur  passé, derrière il y en a un autre, puis un autre. Là je vois bien vous vous dites « lui il est du sud il nous fait de la galéjade »  c’est sur le Tauch, faut le voir pour le croire.


Enfin on voit le sommet, là subitement en le découvrant je pense au Ventoux, même image, même relais, mais bing le diable il nous en a encore mis un là de mur… il fait chaud mais heureusement un brise légère est fraîche nous soulage nous sommes presque à 900 mètres , on croise Esénio et Jeremy qui en ont terminé et redescendent, avec une léger sourire….je me demande pourquoi mais juste après le virage je comprends, le diable frappe encore…, on croise aussi Rémy qui descend à son tour, c’est dur de chez dur mais ouf ! çà y est enfin !! Et de l’enfer on passe au paradis, direct sans passage au purgatoire,  car le spectacle est magnifique, le coca bien frais et la satisfaction de l’avoir fait immense. Bizarrement c’est en redescendant que l’on se rend bien compte de la folie des pourcentages, les freins chauffent et on arrive à ce dire « pffffff j’ai grimpé çà moi !!! ».


A Tuchan, en bas, on retrouve nos « nanas » aphones… Cerise sur le Tauch avant le repas, excellent, un apéro muscat est servi à l’ombre des platanes centenaires, à la même tablée on retrouve ensemble grenouilles, furieux et consort.  Que du bonheur aussi à la proclamation des résultats pour Lolo et Nadège  2 et 3 dans leur caté et qui sont récompensées !
 


Finalement cet enfer, ben l’année prochaine, le diable il n’a qu’a bien se tenir….
 

Bravo et merci aux organisateurs de nous faire vivre de si beaux moments, tout était parfait !!!

Les résultats sur 203 classés :

  • 33 Anthony, grenouille, en 02h43 10 dans sa caté
  • 44 Augustin, grenouille, en 02h45 13 dans sa caté
    37 Esenio en 02h44, 11ème dans sa caté (malgré crevaison de Jérem)
  • 50 Jeremy en 02h47, 18 dans sa caté (crevaison)
  • 81 Rémy en 03h00,  6dans sa caté
  • 91 Nadège en 03h04, 3 dans sa caté
  • 107 Phil en 03h07, 19 dans sa caté
  • 108 Steph en 03h07, 28 dans sa caté
  • 111 Arnaud, grenouille, en 03h08, 19 dans sa caté
  • 140 Lolo en 03h19, 2 dans sa caté
  • Momo non classé suite à problème de dossard, mais au sommet du Tauch il y était bien !

Tous les classements ici : http://www.veloactu.com

Revenez voir, y’aura plus de photos…(passez la souris sur les photos)


















































































































Partager cet article
Repost0
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 05:21

05h00 du matin ce samedi 28 juin 2008, le camping du lac à Foix, dans l’Ariège, dort profondément. On  remarque pas mal de voitures avec des portes vélos garées au pied des mobils homes. Normal, à 8h00 a lieu le départ de la cyclosportive « l’Ariégeoise » à Tarascon sur Ariège avec en final la montée du redoutable « plateau de Beille » à 1785 m, terme d'un parcours de 106 km. Les « furieux » et les « grenouilles » y sont, et pour l’instant ils dorment tous tranquillement sauf… UN !!!!

Le Roro, (c’est un « furieux » ) lui, il est réveillé depuis longtemps et, puisque lui il est réveillé ben pas de raisons que les autres ne le soient pas, pas vrai ! Donc patatrac branle bas de combat.. Le voilà debout à faire du raffut, ouvrir portes et fenêtres, tirer tables et chaises sur la terrasse, sortir bols et cuillères. Bien sur ça râle ! « vous plaignez pas j’ai fait le café » en fait, il a juste appuyé sur le bouton de la cafetière prête de la veille… Bref nous voilà avec  ¾ d’heure de sommeil en moins !! le jour de l’ascension du mythique plateau çà peut être très important non ??

C’est avec plaisir que nous nous étions  retrouvés la veille au camping et partagé en commun une pasta parti au resto du camping.
Faisons les présentations. Bon le Roro vous le savez il est là, mais aussi Esenio et Jocelyne, Nico et Carol, Steph, Momo et Phil voilà pour les furieux, coté grenouilles : Anthony, Nadége et papa Raymond et maman Pilard , Arnaud et Célia, non pardon Cécilia, Yves et Jean François et aussi, Jean et Daniel, ni Furieux ni Grenouilles, mais du VC de Saint Laurent de la Salanque et qui se sont joint à nous au camping. A table nous étions 18 avec déjà un record : 50 minutes pour cuite des pâtes à l’eau !!!.

Bon au dodo demain dur journée, dur nuit aussi pour moi avec le Roro qui me demande l’heure toutes les deux heures .…

Petit déjeuner, matinal… et nous voilà à Tarascon, tous alignés sur un parking proche de la ligne de départ à préparer nos montures, on gonfle, on règle, on  lubrifie, derniers essais, ok on est prêt.. Jocelyne immortalise cet instant et direction la ligne de départ où parmi 3562 engagés on retrouve nos copains Catalans de la veille vous savez de St laurent de la Salanque ! Sur la ligne, comme d’habitude, moment d’émotion car chacun sait que ce sera dur, et d’appréhension aussi, car personne n’est à l’abri d’un pépin.

C’est parti, gros effort pour se replacer devant le mieux possible et on attaque la première difficulté, « le col de la Lauze », pas très difficile mais long de 14 km. Beau spectacle dans ces lacets qui donnent l’impression d’une montagne à étages où l’on voit, à chaque niveaux, des cyclistes, en bas, en haut, encore et encore des cyclistes, c’est coloré, c’est vivant, c’est grandiose !

Esénio est parti, on ne le reverra qu’a l’arrivée… Au gré des lacets je retrouve soit Steph, soit Roro, soit Momo chacun déjà bien concentré, mais on sent bien que tous le monde en garde un peu en prévision du final car le rythme n’est pas trop fort. Le col de la Lauze franchi, nous voilà dans une partie de montagnes russes où on alterne montées et descentes, çà peut être usant ce genre d’exercice, là aussi personne ne se livre vraiment. Le peloton est important signe que c’est cool . Coucou à Nadège qui en tant que féminine était devant sur la ligne de départ, on fait un p’tit bout de route ensemble. Sympa aussi quand on passe Lavelanet, là le public est nombreux et enthousiaste, y’a même des pom pom girls rien que pour nous, les gens applaudissent et nous encouragent. Dans les petits villages il en va de même , les enfants des écoles nous attendent et nous acclament. Je ne crois sur le tour… et leur fait le signe du vainqueur ils sont contents et redoublent d’applaudissement et de cris. C’est pour des moments comme çà qu’on l’aime aussi le vélo pas vrai ?.

Nous voilà à Garrabet, 40 km de l’arrivée, et les choses sérieuses vont commencer…
En effet, ici commence la montée vers « le pas de Souloumbrie » qui frise les 1000m, 13 km assez costaud et dans la foulée descente de 6 km qui nous amène direct au pied du « plateau de Beille ». A cet endroit donc des écarts peuvent se faire… J’appuie un peu plus fort, je ne verrais plus mes copains. Dans Cazenave j’avise une fontaine, arrêt rapide pour faire le plein de la gourde et mettre la tête sous le filet d’eau bien frais, hum çà fait du bien. Dans la descente je prends quelques risques… et me voici au pied du « monument ». Coucou au passage à nos « Nanas » qui sont là juste avant le 9% qui nous attend en guise de bienvenue. C’est parti pour 16 km de souffrance, de doute, de coup de pompe, de relance, de dos en compote, assis en puissance, debout en danseuse, avec en prime la chaleur ! Là pas question de jouer les fanfarons, gérer son effort bien à l’écoute du corps, boire, se rafraîchir et appuyer c’est tout… J’ai déjà tout à gauche ! Le long de la route, sur la gauche, j’entends le bruit caractéristique de l’eau qui s’écoule. C’est un petit filet d’eau qui descend de la montagne. Je m’arrête et m’allonge de tout mon long dans cette eau fraîche, un gars qui passe me demande si ça va…. Trempé, je repars plus frais…

Je pense aux coureurs qui eux montent çà en rigolant, je peux vous dire que nous on  rigole pas, dur dur oui c’est dur ! Certains montent à pied les chaussures à la main, d’autres sont assis et récupèrent, le vélo couché à coté d’eux, d’autres zigzaguent dans la pente, beaucoup de coureurs recherchent au maximum l’ombre quitte à rouler complètement à gauche alors que la route n’est pas fermée… Avez vous déjà ressenti çà ? Ce sentiment de solitude dans la multitude où l’on sait que l’on ne sortira d’une galère que par soi même, il faut avoir endurer cet instant pour savourer pleinement la satisfaction d’y être parvenu.

Bon je m’égare, soudain, en sortant d’un virage, comme une délivrance, on le voit il est là ce fameux plateau, certes encore loin et haut mais cette vision du final donne des ailes, heu  petite les ailes hein !! Heureusement à cet endroit la pente se fait un peu plus sage bien qu’à 1600 mètres quand même et à cette altitude il fait un peu moins chaud ! Maintenant tout va plus vite j’entends la musique de la ligne d’arrivée, « I will survive » en plus, çà encourage, les forces reviennent comme par miracle, le speaker annonce l’arrivée du n° 3749 un certain Philippe Maingot, c’est vraiment trop d’honneur… Esénio l’a entendu, il vient vers moi çà fait 30 minutes qu’il est là, lui, avec Anthony et Nicolas !

Ouffffffffff c’est fait, maintenant on pense aux autres qui souffrent encore, on les attends, Steph, Roro arrivent à leur tour plus tard Nadège, Arnaud, Raymond , Momo. Tous l’on fait comme on dit et vous savez quoi…. ben sous les platanes du petit villlage «  Les Cabannes » en bas, quel plaisir de siroter tous ensemble, à l’ombre des platanes, caressé par une légère brise, une petite mousse bien fraîche en refaisant et refaisant chacun sa course !
Allez vivement la prochaine ! C'est l'enfer du mont Tauch....
Phil 

Sur 2100 inscrit et 1942 classés :

Soler Esénio 71 scratch 22 caté - 04h13
Moréno Anthony 104 scratch 24 caté -04h20
Bazard Nicolas 196 scratch 58 caté - 04h35
Maingot Philippe 268 scratch 36 caté - 04h42
Vinet Stéphane 407 scratch 144 caté - 04h55
Mairesse Robert 409 scratch 25 caté - 04h57
Mandart Nadège 605 scratch 8 caté - 05h10
Combe Arnaud 867 scratch 91 caté - 05h28
Mandart Raymond 1068 scratch 390 caté - 05h44
Tahor Mohamed 1171 scratch 426 caté - 05h52







 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 05:36

La « Spéciale » vous connaissez ? Il s’agit d’une cyclo familiale à l’effectif volontairement limité par les organisateurs, et un parcours atypique puisqu’il s’agit de faire 3 fois une boucle de 40 km sur un terrain pas trop difficile du coté de Montagnac (34) Rien à voir avec les grandes messes cyclosportives… En 2007 les « furieux » y étaient, séduits par le projet, mais hélas la météo pourrie avait contraint  les organisateurs à annuler l’épreuve.

Ce dimanche 1er juin 2008 on y  est retourné.

Il y avait là : Steph, Roro, Esénio et Jocelyne, Phil, Raymond, Nadège, Fred et Chantal  Nicolas et Christelle avec le toutou, au fait c’est quoi son prénom à lui, Shi-Tsu je crois, tous du VCA euh le chien pas sur à vérifier ! puis Anthony et Arnaud du CC Rivesaltes et quelques potes à eux que nous ne connaissons pas encore…  mais reconnus à leur célèbre maillot vert grenouille, Lolo et « mon mari » Luc, du St Cyprien 66 Cyclo, Jean Phi des Sprinters de Baho, bref du monde et du beau quoi ! Il y avait aussi …la pluie !!!

Décidément la spécialité du coin. Et suffisamment forte, voir photos, pour nous décourager, encore une fois, de prendre le départ du 120 km.…Découragés ? Pas tous car Nadège et Lolo elles, y sont allées. Bravo !!! Et là, un peu honteux je m’interroge. Qu’est ce qui peut bien pousser ces nanas à affronter la galère et pas nous les mecs ? Il me revient en mémoire une lecture ancienne, elle faisait le constat d’un changement de mentalité de la gente féminine qui  s’affirmait de plus en plus, un peu comme des mecs, et qui en plus de la culotte (la petite) portait aussi, et de plus en plus, le pantalon (le long) !!!! Aurions nous assisté en ce dimanche pluvieux à ce phénomène un peu inquiétant ? ;o)
C’est une putain de bonne question !
Allez à la prochaine…Phil

La preuve que ces Nanas elles en ont !!! Voir ci dessous le « copier coller » du récit de Lolo qu’elle a fait dimanche soir sur le forum du VCA là :
http://vca66.forumpro.fr/cyclosport-f1/la-speciale-a-montagnac-t62-30.htm#327

« Salut à tous

Bon cela a été difficile mais j'y suis arrivé.
Ils sont tous partis fort, moi beaucoup plus molo.
le problème, c'est qu'avant Truissant j'ai raté la petite route qui tourne à droite, je suis allée tout droit.
le motard cibiste m'a suivi, lorsque je me suis rendu compte de l'erreur, je lui ai demandé la route mais il ne la connaissait pas.
il a essayé de les contacter mais cela ne passait pas nous avons demandé à des automobilistes si il avait vu des cyclistes NADA;
Le motard est retourné à la dernière intersection puis il est revenu m'indiquer la bonne route.
Entre temps les 80 km sont passés, j'ai réussi à en rattraper quelques un et me mettre parfois à l'abri.
tu t'abrites du vent mais tu prends toute l'eau de la roue et c'est pas agréable
Arrivé à Montagnac un tour de fait je continue
j'entends mon chéri qui m'encourage, hou !! Cela m'a fait plaisir.
Au virage à la sortie de Montagnac aquaplaning, sans gravité juste une petite égratignure au genou et la fesse gauche. Je vérifie mon vélo re règle un peu ma roue avant et me voila repartie.
je trouve parfois quelques roues sur le plat pour m'abrité, je perd mon sac de bouffe vers la fin deuxième tour soutenue par les copains et mon mari je continue ma route

Arrivé à Montagnac 2 tours de fait, aller c'est partie pour le dernier et là je serai seule.
Pas tout à fait car Luc fait le yo-yo avec moi. J'aurai bien pris un petit gel pour donner la frite mais rien tan pis je CONTINUE
Là maintenant j'ai froid j'ai pris un gros grain, je suis trempée et je suis fatiguée, mais je CONTINUE
Pour un début de distance plus longue je suis servie, heureusement que le dénivelé est faible

Enfin après 4 h 45 58 je suis arrivée et maintenant le terme lessivée je comprends mieux
Bon ce n'est pas la moyenne de terra de remences 25.18 de moyenne
mais première de ma Catégorie, une coupe et un panier garnie

Que s'est il passé pour Nadège elle n'a pas pu terminer ?.

bizzzzzzzz
A + »

CQFD....

 


                                                                               
 


Arnaud, Nadége                                                                                                                                                                                                                                           

Partager cet article
Repost0
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 07:54

C’est quoi ce bruit ? on dirait un bourdonnement d’abeilles ! Mince c’est mon réveil, on est dimanche et il sonne à 4h00, faut le faire non ! Je me demande encore qu’est ce qui peut bien  pousser un mec à se lever si tôt pour aller se faire mal sur un vélo sur des routes qui sont mêmes pas plates. Çà c’est un mystère.

C’est  La Terra !!  Oui mais dehors il tombe des cordes. La couette essaie de me retenir, je lui résiste et me voici à 5h00 chez TB (Tresse Blonde). Le vélo est chargé, direction Palau del Vidre où on doit retrouver Steph et Roro. Ok il sont là, la flotte aussi ! une véritable déluge ! un rideau d’eau ! mais curieusement on ne se pose pas de question et on y va !

07h45 nous sommes à Sant Estève d’en Bas du coté d’Olot en Espagne sur la ligne de départ de la Terra de Remences cyclosportive de 95 ou 175 km. Pour nous ce sera 95 ! Momo nous à rejoint. Esénio malade à du déclarer forfait. Le soleil tente de se montrer….

Sur cette ligne de départ la sono crache ses décibels et puis soudain le silence. Les pleurs d’un violon envahissent les concurrents. Ils donnent à la brume des montagnes qui nous entourent davantage de mystère et d’émotion. Minute de silence voulue par les organisateurs à la mémoire d’un des leurs disparus.

08H03 libère les 2500 inscrits. J’enclenche fort pour revenir sur Steph  et Roro mieux placés au départ sur la ligne. Ca roule fort ,mais mon compteur lui a décidé de faire grève, il la cessera à 2 km de l’arrivée ! C’est fait j’ai rejoint. Il y a là aussi Anthony et Nico. Je fais la connaissance de Jean Philippe Hidalgo de Baho, Baho c’est son village hein par la particule nobiliaire…pas le temps de discuter on prend à droite et c’est le col de Capsacosta qui s’invite. 9 bornes de montées régulières avec quelques passages à 8%. Auparavant sur le plat, Steph c’est fait plaisir en se portant en tête de course ! A ce moment là il a les 2499 autres engagés derrière lui. Grand moment pour lui non ?  On entame la descente ver Ripoll. Je ne vois plus personne de connu, chacun est dans Sa course. Je suis dans un bon groupe sauf qu’il a la fâcheuse tendance à accélérer dés qu’il voit un autre groupe à l’avant ! J’accélère aussi va, obligé non ? Çà fait l’accordéon mais ça va les sensations sont bonnes. On passa Ripoll et on attaque le col de Canes long de 15 bornes sans grosses grosses difficultés, sauf que je trouve le moyen de me faire un coup de moins bien dans le 1er tiers. La descente vers Olot est un vrai régal, une route magnifique, des virages qui s’enclenchent bien et voilà le faut plat qui nous emmène vers l’arrivée. Patte d’oie, là le 175 poursuit ça route à droite avec d’entrée le redoutable col de Bracon long de 7 km et plusieurs passages à 16%. Bon courage Jean Phi !

Pour nous çà sent l’écurie, les étalons s’énervent, ça frotte. Je réussis à me sortir du groupe en compagnie de deux à trois Ibères, là j’ai tout à droite, bling le compteur refonctionne, il m’indique 55km/h….

Sprint à l’arrivée, çà y est  la ligne est passée. Merveille de l’informatique à peine descendu de vélo que l’on nous remet notre brevet. Je lis : 34,06km/h de moyenne, 61ème au classement général sur 1136 et 2ème dans ma caté sur 155. Je suis content.

Comme d’hab on s’attend sur la ligne, arrive Steph, Roro, Momo et TB ravie de ses 30km/h de moyenne. Direction le repas en compagnie de la petite famille de Steph et de la fille de Roro venue encourager le papa, hummmm encore les makroutes de Nath et hummm aussi le gâteaux au chocolat de Fanfouinette (c’est ma moitié)

Vivement la prochaine, c’est le 1er juin à Montagnac (34) encore du plaisir à venir….
Phil

Le classement des "furieux" sur 1136 participants

 

  • 61ème  Phil en 2h47’21’’ – 2ème dans sa caté sur 155
  • 83ème  Steph en 02h48’05’’ – 27ème dans sa caté sur 361
  • 91ème  Roro en 02h48’29’’ – 3ème dans sa caté sur 155
  • 149ème Momo en 2h56’36’’ – 27ème dans sa caté sur 338
  • 253ème Tresse Blonde (St Cyp) en 3h04’31’’ – 2ème dans sa caté sur 22

Dans la catégorie D le VCA place 2 de ces  coureurs sur le podium.

Partager cet article
Repost0
8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 16:38

04h30 ce dimanche 6 avril 2008, le réveil sonne. Debout. C’est la PINGEON ! Au programme 146km et 2034 mètres de dénivelé.

Roro passe me prendre à 05h45, 150 bornes pour rejoindre GIGNAC (34) en voiture. Le départ pour nous est à 09h00. Sur place on retrouve les copains qui eux sont partis la veille, le petit café qui va bien, et on se prépare. Contrairement à l’an dernier, pour le moment temps idéal, soleil, pas de vent mais un peu frais pour le Roro qui se demande : « cuissard court, cuissard long » çà pendant 10 bonnes minutes, il va finir par être en labour…

Nous sommes 11 de la section cyclosport du VCA : Esénio, Steph, Roro, Jérém, Phil, Nicolas, Momo, Jean-Mich, Chantal, Fred, et Raymond. Manque à l’appel Germain qui aurait dû être là, mais qui suite à un petit souci de santé lève le pied pour cette fois

 

08h55 on est sur la ligne de départ après un bon échauffement. 09h00 piles c’est parti. Roro, en forme, est devant je ne le reverrais qu’à l’arrivée. Les autres partiront après selon leur caté à 9h04, 9h08, 9h12.

Départ presque raisonnable pour une fois, çà roule vite bien sur, mais çà ne frotte pas. Nous n’avons que 10 bornes pour nous échauffer et entrer dans le vif du sujet : le Col du Vent.  On traverse St Jean-.de-Fos et ça y est on grimpe, le peloton s’étire, s’étire…15 bornes de montée avant le sommet, avec un final de 2 km à 7 et10%. Dans cette montée, je décide d’en garder un peu sous la pédale, la chaussette est relativement légère. Je suis bien mais seul. Je remonte, petit à petit, quelques concurrents sans me faire dépasser, c’est  signe que ça va. Je bascule au somment sans avoir été repris par les jeunes loups aux fesses maigres partis derrière nous, confirmation du ça va précédent. Y’a du monde en haut de ce col, sympa les encouragements. Il convient de signaler aussi à cet endroit, une présence non souhaitée : la Tram ! Elle est là. Elle nous attendait en embuscade, elle est très en forme et cerise sur le sommet elle est défavorable et elle ne nous lâchera plus…

Normalement on devrait apprécier cette petite descente de 5/6 km jusqu'à La Vacquerie mais le vent contrarie ce moment de récupération et après avoir pris à gauche vers le Caylar là on bascule dans la galère : le plateau du Larzac.

Logiquement un plateau c’est plat, globalement il l’est, mais le moindre petit raidillon prend des proportions alpines à cause de ce vent qui souffle, souffle et jamais ne s’essouffle. De plus il est froid car nous sommes à plus de 800 mètres d‘altitude et le ciel s’est couvert. ( Plus tard Roro nous dira qu’a cet endroit il a eu des crampes et regrettera d’être parti finalement en cuissard court, après avoir cependant longuement réfléchi…) Heureusement la route est belle. Bien sur chacun cherche à s’abriter, çà bordure pas mal mais je tiens. Le regard porte loin, et on peut voir une multitude de petits groupes éparpillés sur cette belle et large route qui tous bataillent contre les rafales rageuses et dangereuses. Vers le Caylar petite tape sur l’épaule : c’est Esénio qui m’a rattrapé et me dépasse, « viens » qu’il me dit,  il est sympa…

Au Caylar on quitte par la gauche le plateau mais on prend aussi le vent cette fois pleine poire complètement défavorable. Le groupe roule complètement à gauche, je ne peux faire l’effort pour me replacer comme il faut et… je saute !! Me voilà seul face à « lui » à même pas la moitié du parcours, elle est pas belle la vie ! Grand moment de solitude…

Vont suivrent 40 km de bataille et de petite galère, seul à gérer ce profil de « montagnes russes » et le vent parfois moins violent, mais toujours défavorable. J’encaisse aussi  plusieurs tapes sur l’épaule, style Esénio : D’abord Antony, puis un moment après Jérem et encore après  Steph ou l’inverse,  tous en me doublant m’invitent à les suivre…gentils !

Et puis a Ceilhes on tourne à droite. On entre alors dans la vallée de l’Orb. Le vent est maintenant favorable, le paysage est magnifique, plus haut il l’était peut être aussi mais la tête dans le guidon difficile d’apprécier. Nous sommes maintenant une quinzaine la route est belle, plutôt en descente, elle serpente au gré de la rivière, longe un moment le lac du Salagou, le compteur indique 55 km/h, là c’est que du plaisir. Un panneau indique l’arrivée à 20 km, surprise les relais se prennent bien, çà roule fort, je tiens le bon groupe et je me dis que dans ces conditions çà devrait bien se passer jusqu’à l’arrivée.

Sauf que, vers St Guiraud alors que la route s’est soudainement rétrécie, qu’une petite grimpette s’amorce, que le vent à cet endroit est de nouveau défavorable, un gars juste devant moi pour ne pas se laisser décrocher fait un écart sans regarder derrière. Résultat, je suis au sol !! Rien de grave, juste la selle à remettre dans l’axe, pas de bobos mais bien entendu je me retrouve tout seul pour le final. J’enrage. Le charme est rompu. Je rejoins tranquille  Gignac où je retrouve à l’arrivée les copains qui sont là et attendent que le groupe soit à nouveau complet. Ce sera fait avec l’arrivée de Jean-Mich.

Direction le repas, grand moment de convivialité tous ensemble dans le gymnase de Gignac, pas un ne manque. Chacun raconte ses aventures, ses sensations, ses moments de doute, ses petites galères autour des « Boles de picoulat » de l’organisation, excellentes. Mais que dire des makroudes de Nathalie, incomparables et du flan de la même Nathalie que je me suis retenu d’engloutir pour en laisser, un peu, à Roro…

Au final, belle est grande journée. Oui que du plaisir, même si perso je devais faire mieux mais la Pingeon n’est que la première d’une longue liste…

Merci aux organisateurs, tout tout bien rien à dire. Cette cyclo souffre d’une réputation pluvieuse et venteuse, normal elle vient tôt dans l’année, elle est l’une des premières, mais avec 685 inscrits sur les 2 parcours elle marche vers les 1000 d’ici 2 à 3 ans. Nous l’an prochain on sera là !

Phil

A voir ci dessous prochainement les photos de la bataille
Partager cet article
Repost0
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 06:56

Nous étions 12 engagés du VCA sur La Pingeon ce dimanche 6 avril, 11 classés, manque Germain qui n'a pas du entendre le réveil...
Les résultats en entenant un petit CR et des photos :

Sur le 87 km : 329 classés. Temps du 1er : 2h22. 
- Chantal               :  294ème en 3h24,  4/4 dans sa caté,     25.51 km/h, brevet de bronze
- Fred ( son chéri) :  287ème en 3h20,  48/52 dans sa caté, 26,00 km/h, bronze
- Raymond            :  306ème en 3h34,  61/66 dans sa caté, 24,37 km/h, bronze

("Tresse blonde" du vélo club de Saint Cyprien 27ème en 03h07, 4 dans sa caté, brevet d'or)

Sur le 146km : 356 inscris, 349 classés, temps du 1er :  4h14
- Esenio         :  53ème en 4h24,   12/60 dans sa caté,   33,06 km/h,  brevet d'or
- Stéphane     :  133ème en 4h39, 28/61 dans sa caté,   31,33 km/h,  or
- Robert        :  150ème en 4h53,  17/55 dans sa caté,  29,87 km/h,  or
- Jérémy        :  155ème en 4h54, 26/54 dans sa caté,  29,00 km/h   or
- Phil             :  204ème en 5h03, 27/44 dans sa caté,  28,89 km/h,  or
- Nicolas       :  256ème en 5h19, 49/54 dans sa caté,  28,50 km/h,  argent
- Momo        :  263ème en 5h21, 49/60 dans sa caté,  27,98 km/h,  or
- Jean michel :  309ème en 5h41, 56/61 dans sa caté,  26,30 km/h,  bronze
Voir le récit  prochainement.
Phil

Partager cet article
Repost0
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 18:16

Pour beaucoup de cyclosportifs du Languedoc-Roussillon la Roger Pingeon marque le début de la saison. Les furieux du VELO CLUB des ALBERES d’Argelès sur mer y seront. Il se murmure que la « délégation » serait importante… On verra, mais en guise de hors d’œuvre ci dessous l’itinéraire et son profil.

L'itinéraire : 146 km au programme
http://www.openrunner.com/displayRoute.php?id=74529&amp;w=550&amp;h=300&amp;k=1&amp;m=0"></iframe>

Le profil : pffffffffff y'a pas beaucoup de plat !!!
http://www.openrunner.com/displayElevation.php?id=74529&amp;w=550&amp;h=300&amp;k=1"></iframe>

Phil

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 18:05
C’est le dimanche 14 octobre 2007 qu’a eu lieu la traditionnelle course cycliste la gentlemen de Montner (66) C’est un contre la montre dans les Fenouillèdes entre Montner, Estagel, Latour de France et retour à Montner. Court mais intense. Les « furieux » y étaient, certains pas tous .. Passez la souris sur la photos vous saurez qui ils sont
de gauche à droite : Raymond, Mémère (chantal) Nicos, Jean-mich et stéphane avec le maillot du VCA, Nadége, Fred,Jérèm, un pot de Jérèm, Esénio qui se la joueLe podium: Mémère, Fred (caché) Raymond et sa fillotte Nadège.
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 10:31
Avril

05/04/2008

 

La roger Pingeon à Gignac (34)

Gignac 150km de Perpignan

Mai

03/05/2008

 

La cigale à Lunel (34)

Lunel 180 km de Perpignan

11/05/2008

 

Terra de remences à OLOT (Esp)

Olot 105 km de Perpignan

Juin

01/06/2008

 

La Spéciale à Montagnac (34)

Montagnac 122km de Perpignan

21/06/2008

 

L'ardéchoise à St Félicien (07)

St Félicien 400km de Perpignan

28/06/2008

 

L'Ariégoise à Tarascon sur Ariège

Tarascon sur Ariège 150 km de Perpignan

Juillet

vers le 7 juillet 2008

 

Les Goges à Banyoles (Esp)

Banyoles 106 km de Perpignan

27/07/2008

 

L'enfer du mont Tauch à Tuchan (11)

Tuchan 40 km de Perpignan

Août

 vers le 20/08/2008

 

La Laurent Jalabert à Mazamet (81)

Mazamet 165 km de Perpignan

Septembre

vers le 02/09/2008

 

La Cycl'Aigoual à Le Vigan (30)

Le Vigan 230 km de Perpignan

Octobre

00/00/2008

 

L'en avant "LULU"

Astre lunaire 42000km de Perpignan

 

 

 

Voir également les courses UFOLEP départementale ???

Partager cet article
Repost0