Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Corneilla Cyclosport Catalan
  • : DECRIRE LA VIE DU CORNEILLA CYCLOSPORT CATALAN, LE 3C, CLUB DE COPAINS CYCLOSPORTIFS EN PAYS CATALAN ENCOURAGER,DEVELOPPER LA PRATIQUE DU CYCLISME CHEZ LES JEUNES.
  • Contact
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 06:19

8h00 ce dimanche 12 juillet 2009. Il fait déjà chaud. C’est la randonnée « Mar y Monts » (Mer et montagne) organisée par le Vélo Club des Albères d’Argelés sur mer. Il y a du monde aux inscriptions. Beaucoup de vacanciers et une belle délégation du 3C. Je vois là Chantal, Fred, Jeremy, Jean-Michel, Roro, Steph, Esénio, Phil, Jean-Marie, Pierrot, Vincent, normalement Philou devrait être là, mais il n’est pas là, peut-être une panne d’oreiller. Nous portons tous notre célèbre maillot et çà flash bien.

 

Visiblement certains vacanciers attendent que l’on s’élance pour nous emboîter la roue.  Christian  « Cri-Cri d’amour » et Etienne du VCA en fond de même. Mais nous on discute, on rigole, on parle du prix de l’inscription, du circuit emprunté, on attend aussi le Philou. Nous sommes content d’être ensemble, çà ce voit, çà s’entend…

 

Au final c’est un beau peloton de plus de 20 cyclistes qui s’élance. Nous, nous avons choisi de faire le 110 km.

 

Soudain, de violents coups de klaxonne viennent troubler la quiétude matinale et le chuintement des roues libres. C’est le Philou qui déboule en voiture. Il est en tenu. On se dit qu’il va s’inscrire puis nous rejoindre un peu plus loin sur le parcours.. Ben non, c’est la seule fois de la journée où on  l’on aura vu…

 

Cà « tricote » déjà pas mal autour de 29/30 km/h. Nous sommes tous dispersés dans ce beau petit peloton. Mais insensiblement les maillots du 3C se regroupent à l’avant. Imperceptiblement la cadence de pédalage augmente.  Subrepticement les mains quittent les « cocotes » et glissent en bas du guidon, on sent que çà va envoyer…

 

Et çà envoie!!, mais pas « en bordel couvrez » comme disait mon adjudant au servie militaire.

 

Là ce sont des relais bien organisés qui s’enclenchent, çà « monte » par la droite ! C’est le 3C qui donne le tempo. Personne ne vient s’intercaler dans cette mécanique bien huilé, comme en signe de respect pour le travail bien fait. Pffff que du plaisir, c’est ordonné, c’est roulant,  çà va vite. Pour moi là c’est que du bonheur voir nos couleurs rouler comme çà :  vavavoummmmm !

 

On arrive au pied du col de la bataille, là chacun va pouvoir s’exprimer individuellement dans cette difficulté. C’est parti. La route de plate devient faux plat…. Les jambes deviennent plus lourdes et le dérailleur passe à gauche, d’un cran pour commencer,  Oui, pas de doute, çà grimpe, il va falloir souffrir. Il semble que tout devient plus grand et difficile. Pour répondre à l’affront de la pente, s’élever sur sa machine, pousser sur les pédales,  tirer sur le guidon. Les jambes brûlent, le cœur bat intensément , le souffle est plus court. Juste après le virage, c’est le sommet. Là, plus vaste devient le paysage, plus marqué est le silence, plus prés est l’oiseau !.

Après cette souffrance et comme une récompense, le plaisir de la descente. Des virages qui s’enchaînent, la vitesse qui grise, le plaisir de la difficulté vaincue, celui de l’avoir fait et d’être content de soit ».

 

Caladroi, c’est le ravito. On lui fait honneur…

 

 Et c’est reparti, les effectifs sont un peu moindres, la descente vers Ille sur Têt et ses « Orgues » est un vrai régal.

 

Nous voilà sur le plat en direction de Thuir, et çà enclenche encore. Un peu en ordre dispersé cette fois, Jeremy est en forme et nous le montre, Steph aussi, Esénio aussi, Roro aussi, mais alors qui n’est pas en forme ?? heuuuuuuu…..

 

Nous voilà maintenant à Thuir, je prends la piste cyclable. Le peloton lui continue sur la route. Je suis coupé de lui. Et là crevaison !! Bien entendu le groupe ne peut me voir et poursuit sa route. C’est fini pour moi dommage.  Le Portable sonne. Les copains se sont rendus compte que je n’étais plus là. Ils poursuivent sans moi

 

Je rejoins tranquille Corneilla. Je repense à l’ambiance du départ, à ces beaux relais, au col de la bataille, aux démarrages des uns et des autres, au klaxon de Philou, mais au fait il était où lui ?

 

 

A la prochaine hein ?


 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
tres belle journée,une entente parfaite comme avantque du bonheur .on a bien rouler un vraie regal !!!!!
Répondre