Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Corneilla Cyclosport Catalan
  • : DECRIRE LA VIE DU CORNEILLA CYCLOSPORT CATALAN, LE 3C, CLUB DE COPAINS CYCLOSPORTIFS EN PAYS CATALAN ENCOURAGER,DEVELOPPER LA PRATIQUE DU CYCLISME CHEZ LES JEUNES.
  • Contact
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 05:21

05h00 du matin ce samedi 28 juin 2008, le camping du lac à Foix, dans l’Ariège, dort profondément. On  remarque pas mal de voitures avec des portes vélos garées au pied des mobils homes. Normal, à 8h00 a lieu le départ de la cyclosportive « l’Ariégeoise » à Tarascon sur Ariège avec en final la montée du redoutable « plateau de Beille » à 1785 m, terme d'un parcours de 106 km. Les « furieux » et les « grenouilles » y sont, et pour l’instant ils dorment tous tranquillement sauf… UN !!!!

Le Roro, (c’est un « furieux » ) lui, il est réveillé depuis longtemps et, puisque lui il est réveillé ben pas de raisons que les autres ne le soient pas, pas vrai ! Donc patatrac branle bas de combat.. Le voilà debout à faire du raffut, ouvrir portes et fenêtres, tirer tables et chaises sur la terrasse, sortir bols et cuillères. Bien sur ça râle ! « vous plaignez pas j’ai fait le café » en fait, il a juste appuyé sur le bouton de la cafetière prête de la veille… Bref nous voilà avec  ¾ d’heure de sommeil en moins !! le jour de l’ascension du mythique plateau çà peut être très important non ??

C’est avec plaisir que nous nous étions  retrouvés la veille au camping et partagé en commun une pasta parti au resto du camping.
Faisons les présentations. Bon le Roro vous le savez il est là, mais aussi Esenio et Jocelyne, Nico et Carol, Steph, Momo et Phil voilà pour les furieux, coté grenouilles : Anthony, Nadége et papa Raymond et maman Pilard , Arnaud et Célia, non pardon Cécilia, Yves et Jean François et aussi, Jean et Daniel, ni Furieux ni Grenouilles, mais du VC de Saint Laurent de la Salanque et qui se sont joint à nous au camping. A table nous étions 18 avec déjà un record : 50 minutes pour cuite des pâtes à l’eau !!!.

Bon au dodo demain dur journée, dur nuit aussi pour moi avec le Roro qui me demande l’heure toutes les deux heures .…

Petit déjeuner, matinal… et nous voilà à Tarascon, tous alignés sur un parking proche de la ligne de départ à préparer nos montures, on gonfle, on règle, on  lubrifie, derniers essais, ok on est prêt.. Jocelyne immortalise cet instant et direction la ligne de départ où parmi 3562 engagés on retrouve nos copains Catalans de la veille vous savez de St laurent de la Salanque ! Sur la ligne, comme d’habitude, moment d’émotion car chacun sait que ce sera dur, et d’appréhension aussi, car personne n’est à l’abri d’un pépin.

C’est parti, gros effort pour se replacer devant le mieux possible et on attaque la première difficulté, « le col de la Lauze », pas très difficile mais long de 14 km. Beau spectacle dans ces lacets qui donnent l’impression d’une montagne à étages où l’on voit, à chaque niveaux, des cyclistes, en bas, en haut, encore et encore des cyclistes, c’est coloré, c’est vivant, c’est grandiose !

Esénio est parti, on ne le reverra qu’a l’arrivée… Au gré des lacets je retrouve soit Steph, soit Roro, soit Momo chacun déjà bien concentré, mais on sent bien que tous le monde en garde un peu en prévision du final car le rythme n’est pas trop fort. Le col de la Lauze franchi, nous voilà dans une partie de montagnes russes où on alterne montées et descentes, çà peut être usant ce genre d’exercice, là aussi personne ne se livre vraiment. Le peloton est important signe que c’est cool . Coucou à Nadège qui en tant que féminine était devant sur la ligne de départ, on fait un p’tit bout de route ensemble. Sympa aussi quand on passe Lavelanet, là le public est nombreux et enthousiaste, y’a même des pom pom girls rien que pour nous, les gens applaudissent et nous encouragent. Dans les petits villages il en va de même , les enfants des écoles nous attendent et nous acclament. Je ne crois sur le tour… et leur fait le signe du vainqueur ils sont contents et redoublent d’applaudissement et de cris. C’est pour des moments comme çà qu’on l’aime aussi le vélo pas vrai ?.

Nous voilà à Garrabet, 40 km de l’arrivée, et les choses sérieuses vont commencer…
En effet, ici commence la montée vers « le pas de Souloumbrie » qui frise les 1000m, 13 km assez costaud et dans la foulée descente de 6 km qui nous amène direct au pied du « plateau de Beille ». A cet endroit donc des écarts peuvent se faire… J’appuie un peu plus fort, je ne verrais plus mes copains. Dans Cazenave j’avise une fontaine, arrêt rapide pour faire le plein de la gourde et mettre la tête sous le filet d’eau bien frais, hum çà fait du bien. Dans la descente je prends quelques risques… et me voici au pied du « monument ». Coucou au passage à nos « Nanas » qui sont là juste avant le 9% qui nous attend en guise de bienvenue. C’est parti pour 16 km de souffrance, de doute, de coup de pompe, de relance, de dos en compote, assis en puissance, debout en danseuse, avec en prime la chaleur ! Là pas question de jouer les fanfarons, gérer son effort bien à l’écoute du corps, boire, se rafraîchir et appuyer c’est tout… J’ai déjà tout à gauche ! Le long de la route, sur la gauche, j’entends le bruit caractéristique de l’eau qui s’écoule. C’est un petit filet d’eau qui descend de la montagne. Je m’arrête et m’allonge de tout mon long dans cette eau fraîche, un gars qui passe me demande si ça va…. Trempé, je repars plus frais…

Je pense aux coureurs qui eux montent çà en rigolant, je peux vous dire que nous on  rigole pas, dur dur oui c’est dur ! Certains montent à pied les chaussures à la main, d’autres sont assis et récupèrent, le vélo couché à coté d’eux, d’autres zigzaguent dans la pente, beaucoup de coureurs recherchent au maximum l’ombre quitte à rouler complètement à gauche alors que la route n’est pas fermée… Avez vous déjà ressenti çà ? Ce sentiment de solitude dans la multitude où l’on sait que l’on ne sortira d’une galère que par soi même, il faut avoir endurer cet instant pour savourer pleinement la satisfaction d’y être parvenu.

Bon je m’égare, soudain, en sortant d’un virage, comme une délivrance, on le voit il est là ce fameux plateau, certes encore loin et haut mais cette vision du final donne des ailes, heu  petite les ailes hein !! Heureusement à cet endroit la pente se fait un peu plus sage bien qu’à 1600 mètres quand même et à cette altitude il fait un peu moins chaud ! Maintenant tout va plus vite j’entends la musique de la ligne d’arrivée, « I will survive » en plus, çà encourage, les forces reviennent comme par miracle, le speaker annonce l’arrivée du n° 3749 un certain Philippe Maingot, c’est vraiment trop d’honneur… Esénio l’a entendu, il vient vers moi çà fait 30 minutes qu’il est là, lui, avec Anthony et Nicolas !

Ouffffffffff c’est fait, maintenant on pense aux autres qui souffrent encore, on les attends, Steph, Roro arrivent à leur tour plus tard Nadège, Arnaud, Raymond , Momo. Tous l’on fait comme on dit et vous savez quoi…. ben sous les platanes du petit villlage «  Les Cabannes » en bas, quel plaisir de siroter tous ensemble, à l’ombre des platanes, caressé par une légère brise, une petite mousse bien fraîche en refaisant et refaisant chacun sa course !
Allez vivement la prochaine ! C'est l'enfer du mont Tauch....
Phil 

Sur 2100 inscrit et 1942 classés :

Soler Esénio 71 scratch 22 caté - 04h13
Moréno Anthony 104 scratch 24 caté -04h20
Bazard Nicolas 196 scratch 58 caté - 04h35
Maingot Philippe 268 scratch 36 caté - 04h42
Vinet Stéphane 407 scratch 144 caté - 04h55
Mairesse Robert 409 scratch 25 caté - 04h57
Mandart Nadège 605 scratch 8 caté - 05h10
Combe Arnaud 867 scratch 91 caté - 05h28
Mandart Raymond 1068 scratch 390 caté - 05h44
Tahor Mohamed 1171 scratch 426 caté - 05h52







 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Merci ma poule !
Répondre
A
salut ! <br /> <br /> Au point où on en est je vais faire comme momo et rajouter une couche: ma copine a malheureusement le même nom que l'ex à Sarko!!! LOL, MAIS C'EST TOUJOURS UN PLAISIR DE TE LIRE TU AS UNE SACRE PLUME ... <br /> à bientôt
Répondre
P
Impardonnable en effet Momo, c'est rectifié
Répondre
T
eh! phil c'est l'alzheimer qui s'installe pour ta présentation au resto tu as sité tout le monde sauf momo c'est bizarre tu dois m'aimer !
Répondre
T
PAS TROPS TOT <br /> <br /> Je commençais à me décourager<br /> c'est toujours un plaisir de te lire <br /> <br /> bravo à tous <br /> <br /> l'année prochaine j'épère venir.
Répondre